Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Aug

De Lauzerte à Moissac

Publié par jean-michel de lille  - Catégories :  #Compostelle 2009

Mercredi 6 mai 2009

La crise n'est pas passée. J'hésite entre rester à Lauzerte pour me reposer ou partir en voiture avec le mari de l'amie de Soizic. Le gîte des figuiers est complet pour ce soir. Je ne cherche pas d'autres gîtes à Lauzerte et décide d'aller en voiture jusqu'à Moissac avec le mari de l'amie de Soizic que je remercie au passage.

Donc pas de photos du chemin, ni de la route d'ailleurs. J'ai réservé le matin une place à l'accueil international (Carmel). Nous arrivons à Moissac et cherchons l'entrée de l'accueil. Nous passons devant une ruelle y menant mais elle est interdite à toute circulation. Nous continuons et je me dit qu'il y a forcément une route plus loin, ne serait-ce que pour les livraisons. Au bout de 3 ou 4 kms, une direction de la statue de la vierge et du gîte de la "petite lumière".  Nous prenons la direction de ce gîte. Je ne le connais pas mais je me rappelle, qu'à Lascabanes, Arthur m'en a parlé et il m'a même donné une carte de visite de ce gîte. Pourquoi ? Je me dit que les propriétaires du gîte nous indiquerons la route pour arriver au carmel.
Nous arrivons au gîte de la petite lumière,



une pélerine se prépare et Anne vient au devant de nous. Nous lui expliquons notre problème. C'est bizarre mais c'est endroit ne m'est pas indifférent. Anne nous explique comment arriver au Carmel et nous propose de tirer un petit papier dans un panier en osier, quelques mots y sont écrits et en principe devraient ou peuvent nous parler, en tout cas sont certainement à méditer.



J'attendais des mots du genre, humilité, lenteur, etc... mais il était juste écrit "PAIX". Je ne comprends pas la signification de ce mot et pourtant j'ai la vague intuition qu'il me parle. Je reste sans voix et fait quelques pas vers la Vierge. Je fait part à Anne du pourquoi je suis venu en voiture plutôt qu'à pied et lui explique que cette crise m'est arrivée aussi l'année dernière. Anne me répond qu'il y a certainement un lien entre ces deux crises hemorroïdaires. Un état d'esprit ou autres. Peut être mais quoi ? Je me tourne vers la vierge et m'interroges ou l'interroges ? J'entr'aperçois une réponse. Le mot "PAIX" m'y aide. Etais je en paix avec moi-même ? Dans les deux cas, j'étais sûr de moi et de mes capacités physiques. Rien ne pouvait m'arriver car j'étais en pleine forme. De plus en partant du Puy, l'année précédente, au milieu de tous ces pélerins, pour la plupart, sexagénaire ou presque, mon côté masculin me poussait à être devant tout le monde et à arriver dans les premiers, à battre des records de vitesse. Cette année, au départ de Lascabanes, j'étais dans le même état d'esprit, partir le premier, marcher vite et arriver dans les premiers non pas pour être sûr d'avoir une place au gîte mais juste come ça ou pour prouver quequechose peut être, surement même. Anne m'a dit que peut être intérieurement et inconsciemment, mon côté masculin et mon côté féminin se battent en permanence pour s'affirmer. Il est vrai que j'ai une tendance à la dualité, certainement comme beaucoup d'ailleurs.
Aujourd'hui, cela me fait plutôt sourire mais ce jour là, cela m'a complètement submergé. J'ai dit à Anne que je voulais rester ici s'il y avait de la place. J'ai remercié mon  gentil chauffeur et suis resté là.
Je n'avais plus qu'à méditer sur le mot "Paix" et sur le reste et j'avais toute le journée. Etre en paix avec soi-même, en voilà un programme pour la suite de mon chemin ! Pour moi, mon chemin en mai 2009 a commencé à Moissac ou plutôt devrais je dire le plongeon dans l'esprit du chemin, l'abandon de soi-même et de toutes les certitudes. Le lacher-prise ! Se laisser aspirer par le chemin, guider par la providence comme ce jour là à Moissac. Je pense que la présence de la Vierge Marie n'est pas non plus un hazard.
Retour à la réalité matérielle du repas, de mon linge sale à laver. Je propose à Anne mon aide. Ce sera décortiquage de noix. Anne et christiane (je crois) l'hospitalière me propose de partager leur repas.
Puis Anne me fait visiter le gîte.



 













je choisis un lit, je suis arrivé le premier, LOL ! que je céderais en soirée à une pélerine anglaise. Je décide de rester au gîte toute la journée pour me reposer en espérant pouvoir marcher demain. En fin d'après-midi, massage par Anne. Super, ça me détend et me remets en forme en même temps. Un pélerin danois est présent, Ingmar je crois.



 Puis les trois anglaises rencontrées à Lascabanes,  brigitt et son copain de Tours et une pélerine également podologue (Désolé mais je ne me rappelle plus des prénoms de tout le monde).
La petite lumière est un gîte à ne pas rater si la providence vous y conduit. Après le repas du soir, c'est le moment de chanter le fameux "Ultreia",



puis dormir. Impossible de dormir à cause de la douleur. Je me couche vers 2h00 du matin presque débarrassé de la douleur et harassé. Je ne mets pas mon réveil à sonner.



Commenter cet article

Anne - La Petite Lumière 17/01/2010 11:46


Jean-Michel, pourrais-tu m'envoyer la photo où je suis assise devant ma maison (en taille réelle) ? Merci bôcou bôcou... Anne de Moissac


À propos

Pourquoi Compostelle et cette voie ! Mon chemin, mes étapes, hébergements et sa préparation ! Des photos et quelques réflexions sur ce chemin. Ce blog donne des détails sur l'itinéraire (Le puy en velay à saint jacques de compostelle), les étapes avec le nom des villes et des conseils pour bien cheminer.